Radu

Albot

A 29 ans, Radu Albot s’est affirmé comme le meilleur joueur moldave de tous les temps. Et de loin. La liste de ses « premières » est longue. Ainsi en 2013, il devient en s’imposant à Fergana, Ouzbékistan, le premier Moldave à remporter un tournoi Challenger.

L’année suivante, à l’US Open, en s’extirpant du tableau des qualifs, il devient le premier joueur de son pays à disputer le tableau final d’un tournoi du Grand Chelem. Mais il faut attendre 2016 pour qu’il remporte un match en Grand Chelem, avec son succès sur le Portugais Gastao Elias à Wimbledon, avant de se faire ramener à l’ordre par Bernard Tomic.

 En 2016, Albot brille par sa régularité, et remporte trois titres en Challenger, et au mois d’avril 2017, sa qualification pour le deuxième tour à Marrakech le propulse au 81e rang mondial, ce qui reste à ce jour le meilleur classement de sa carrière. 

Toujours en 2017, il atteint à Istambul son premier quart de finale sur le grand circuit. Cette année là, il dispute pour la première fois le grand tableau des quatre épreuves du Grand Chelem.

A l’US Open où il passe par les qualifications, il réussit son meilleur parcours en tournoi majeur, en remportant deux matches avant d’être stoppé par Sam Querrey.

Celui que certains adversaires surnomment « la machine » pour reconnaitre sa régularité de métronome du fond du court est un passionné de vélo. Il s’adonne à ce sport dès à la moindre occasion et n’hésite pas à déclarer : « c’est une des choses que j’aime le plus au monde. Sans aucun doute mon hobby n°1. »

Il aura à cœur de frapper un grand coup, pour sa première participation à Aix. Et de se faire vraiment connaitre par le public français.